Contempler l’impermanence

Vous avez sûrement compris ce qu’est l’impermanence et vous avez accepté cette vérité. Mais vous l’avez seulement accepté avec votre mental. Dans la vie quotidienne, vous continuez à vous comporter comme si tout était permanent. Votre idée de l’impermanence ne suffit pas à changer votre comportement. Seule, la vision profonde de l’impermanence est capable de vous libérer. Mais, vous ne pouvez acquérir celle-ci sans pratiquer la contemplation de l’impermanence, c’est-à-dire, sans imprégner toutes vos actions de la vision de l’impermanence. Vous imprégner de cette vision signifie également pratiquer la concentration sur l’impermanence. Continuellement présente, cette vision éclairera toutes vos actions et protégera votre liberté et votre bonheur. Vous savez que la personne que vous aimez est impermanente, mais vous vous comportez exactement comme si elle était permanente, comme si elle était là pour toujours, sous cette même forme, avec ce même état d’esprit et ces mêmes perceptions. La vérité est contraire. Elle change continuellement dans son corps comme dans son esprit. Aujourd’hui, elle est là mais peut-être que demain, elle ne le sera plus. Aujourd’hui, elle est en bonne santé mais peut-être que demain, elle sera malade. Aujourd’hui, elle n’est pas gentille mais peut-être que demain, elle le sera… En voyant cela, votre comportement sera plus approprié. En vous souvenant qu’elle est impermanente, vous faites ce que vous pouvez aujourd’hui pour la rendre heureuse, car il n’est pas sûr qu’elle soit là demain. Elle reste encore auprès de vous aujourd’hui, mais si vous n’êtes pas gentil avec elle, peut-être que demain, elle vous quittera. Si vous êtes en colère contre elle et avez l’intention de dire ou de faire quelque chose pour la faire souffrir, elle qui a osé vous causer de la peine, alors fermez les yeux, faites une longue inspiration et contemplez l’impermanence :

En colère dans la dimension historique,

Je regarde l’avenir en fermant les yeux.

Dans trois cents ans,

Où seras-tu, où serai-je ?

Cette pratique s’appelle la visualisation. Vous voyez ce que vous et la personne que vous voulez punir deviendrez dans trois cents ans. Vous vous verrez, tous les deux, en poussière. En voyant votre nature impermanente et la sienne, et en sachant que vous deux vous deviendrez poussière en moins de cent ans, vous comprenez immédiatement qu’il est stupide de vous mettre en colère et de vous faire souffrir l’un et l’autre. Vous appréciez au contraire sa présence dans le moment présent. La colère se dissipe et ouvrant les yeux, vous n’avez plus aucune envie de la punir. Tout ce que vous voulez faire est de la serrer dans vos bras. La contemplation de l’impermanence dénoue ainsi le noeud appelé la colère. En concentrant votre esprit, vous le libérez.